Projet de mon coeur et du votre...En avant toute pour aider !

http://maymayjo_hmongprojet.sliceblog.com 

  l était une fois... Toutes les histoires commencent comme ça.

Il était une fois, un être humain de 28 ans qui portait en son coeur un rêve humain... Ce n'était ni Cendrillon, ni la Belle au bois dormant...
undefined

Dans toute ma vie, j'ai commencé à écrire sur différents cahiers (Brouillons, cours, blocs notes...). Quand on ne peut pas tout dire et qu'on garde des choses, le plus grand bien est d'écrire.
Depuis 2003 ou 2004, je stagne: Je n'ai réalisé aucun projet me tenant à coeur : Aucune participation dans des associations, ni voyage vers les contrées asiatiques...

A quand La Corée du Sud, la Chine, le Laos, le Japon et surtout la Mongolie ?

J'avais surtout abandonné l'espoir de concrétiser ces projets. J'avais jeté toutes ces idées aux oubliettes et piétiné ces tendres rêves face à ce que je vivais quotidiennement, le traintrain journalier et routinier, un peu ennuyeux...

Je pensais réellement et vraiment pouvoir vivre en harmonie avec le monde qui m'entoure ou tout au moins, essayer.
Trouver une voie même sans accomplir mes rêves, trop humains, trop matériels... Je voulais m'écarter et ne pas suivre le même chemin que celui de tous les hommes, celui qu'ils suivent aveuglément.

Je pensais pouvoir vivre toujours en toute simplicité, en mettant de côté l'ambition et surtout en me persuadant que réaliser un rêve n'est permis qu'aux autres et aux élites...


Et puis devant tous les évènements, éléments du monde entier, je me sentais impuissante, infiniment petite pour agir, braver les tempêtes.

Enfin, lorsque mes yeux se sont ouverts sur ce monde vil, je n'ai vu aucune ombre d'espoir : L'argent, la soif de pouvoir, la corruption, la misère, les inégalités et l'indifférence l'emportant sur tout ! Alors, j'ai cherché mon chemin jusqu'à présent.

Oui, j'ai vraiment cru pouvoir rester au rang de spectatrice de ce qu'il se passe et arrive dans ce monde. J'aurai continué à fermer les yeux et faire comme si de rien n'était et n'est.

Maintenant, mes yeux se sont ouverts après cette longue période d'errance où je balbutiais, où je tombais dans un puits sans fond, lugubre et sans lumière. Je me plaisais à rester emprisonnée et noyée au fond de l'océan, avec un sentiment de sécurité, comme si ce devait être à jamais ma place.


MAIS NON, il n'en est rien mes rêves ressurgissent et reviennent à la surface : Je vais me battre, me battre corps et âme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :