Montélimar aux portes de l'Ardèche et de la Drôme...

Publié le par JO

En ce mois de juin, un petit tour...
Une jolie ville aux ruelles anciennes charmantes...
Sur les hauteurs, culmine le château des Adhémar bien entretenu dont l'agent d'accueil est fort sympathique.
Le couple gérant l'hôtel du parc vous guide bien pour les bons endroits, la bonne fabrique de nougat, le glacier artisanal "Goûtez y".
La chambre d'hôtel est comfortable, bien décorée. Le mobilier homogène dégage bien l'époque et l'épopée entière de l'hôtel, du grand salon et de la cuisine ainsi que des cuillères, tasses, sous tasses du petit déjeuner.

En face du parc de la ville, mignon aussi, décidémment...

Ce couple de glacier accueillant et fabricant de vraies et fabuleuses glaces.

Le premier jour, j'ai pris 2 coupes. L'une chocolat ganduja ? et iseroise (mélange vanille, caramel) et l'autre pistache (délicieuse) et tagada (surprenante !).
J'étais autre part en me délectant de toutes ces glaces si tendres, réconfortantes et succulentes... Mon coup de coeur pour la pistache et tagada que j'ai repris le jour suivant.



Puis le magasin "BRIN DE VENT" où l'une des gérantes a vécu deux ans au Vietnam et qui achète directement ses produitd artisanaux là-bas m'a décrit l'un des traits du visage du petit commerce de ces petits peuples : ceux ci sont en train de vendre toutes leurs confections artisanales, leurs richesses culturelles, leurs traditions et leurs maigres sources de ressources à des prix dérisoirs aux touristes pour pouvoir survivre.

De plus, certaines familles puisent même dans leurs propres vêtements traditionnels, légués.

Puis, on a parlé des villages hmongs, yao qui se spécialisent pour le tourisme. Les villages qui imposent des règles aux touristes car il le faut. Puisque chacun ne vit pas de la même manière et ne se comporte pas également de la même manière.
Je suis contre le tourisme de masse car les villages se transforment en transgressant leurs héritages culturels et leurs modes de vies.

Un autre sujet qu'il me semble important d'aborder est toujours le mépris, l'indifférence des grands peuples sur les moins connus.
La gérante de la boutique m'a dit que les vietnamiens lui demandaient d'où venaient tous les artisanats qu'elles prenaient et qui concevaient ces motifs sur les robes, sacs... Alors que ces petits peuples cohabitent avec les grands, dans le même pays.







Publié dans Voyages voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jy 29/06/2009 19:52

Serais-tu gourmande ?Bonne journéeJY

JO 30/06/2009 09:50



je crois bien que oui. La gourmandise qui change selon les périodes et les jours.